Nouvelles recettes

Les bénéfices de Starbucks au quatrième trimestre en hausse de près de 30%

Les bénéfices de Starbucks au quatrième trimestre en hausse de près de 30%


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Starbucks Corp. a terminé l'année avec des bénéfices du quatrième trimestre en hausse de près de 30%, a annoncé jeudi la société.

Pour le trimestre clos le 2 octobre, Starbucks a annoncé un bénéfice net de 358,5 millions de dollars, ou 47 cents par action, en hausse de 29 % par rapport à 278,9 millions de dollars, ou 37 cents par action, pour le même trimestre de l'année dernière. L'année précédente comprenait un trimestre de 14 semaines et une année de 53 semaines.

Le chiffre d'affaires total a atteint un record de 3 milliards de dollars, en hausse de 7 % par rapport au trimestre de 14 semaines de l'année dernière, ou de 15 % par rapport à 13 semaines.

Les ventes à magasins comparables ont augmenté de 9 % à l'échelle mondiale, tirées par une augmentation de 6 % du trafic et une augmentation de 3 % des chèques moyens.

Les emplacements nationaux s'en tirent encore mieux. Aux États-Unis, les ventes à magasins comparables ont augmenté de 10 %, avec une augmentation de 7 % des transactions et un autre bond de 3 % du chèque moyen.

Le chiffre d'affaires des emplacements aux États-Unis a également grimpé à 2 milliards de dollars, soit une augmentation de 3 % par rapport au quatrième trimestre de l'année dernière.

Les emplacements internationaux ont enregistré une croissance des ventes des magasins comparables de 6 pour cent sur une augmentation de 5 pour cent du trafic. Le chiffre d'affaires a augmenté de 16 % à 717,9 millions de dollars, en partie en raison de l'impact favorable du taux de change.

À l'échelle mondiale, le groupe de produits de consommation a vu ses revenus augmenter de 20 % au cours du trimestre pour atteindre 242,2 millions de dollars.

Pour l'ensemble de l'exercice, le bénéfice a augmenté de 31 % à 1,62 $ par action, contre 1,24 $ par action l'an dernier, a indiqué la société.


Starbucks devrait-il s'en tenir à la vente de café ?

Il est peut-être temps de ramener le mot "café" au logo de Starbucks.

La société, qui a racheté la société mère de La Boulange Bay Bread LLC en 2012 pour 100 millions de dollars, a annoncé mardi qu'elle fermerait 23 succursales de la chaîne de boulangerie La Boulange avant octobre. "Starbucks a déterminé que les magasins de La Boulange ne sont pas durables pour la croissance à long terme de l'entreprise", a-t-il déclaré, bien qu'il vende toujours les produits de boulangerie de la marque dans les magasins.

Starbucks Corp. SBUX, +0,78 % fermera également son magasin de jus de fruits Evolution Fresh basé à San Francisco, il a acheté cette société pour 30 millions de dollars en 2011. », explique Melody Overton, fondatrice de StarbucksMelody.com, un site qui suit le géant du café.

« Il est difficile d'être bon en tout et la marque doit s'assurer de protéger son cœur de métier : le café », déclare Julia Gallo-Torres, responsable de la catégorie services alimentaires aux États-Unis au cabinet d'études Mintel. Il n'est pas toujours facile de livrer l'authenticité des produits à une échelle commerciale « et les consommateurs, en particulier les millennials, se méfient des grandes marques », ajoute-t-elle. Par exemple, la société supprime progressivement les cappuccinos des menus de certains magasins. "Il était difficile pour les baristas d'obtenir cet équilibre café/lait, affectant la consistance du produit", explique Gallo-Torres. (Une porte-parole de l'entreprise dit qu'ils seront toujours disponibles "peu importe s'ils sont répertoriés dans le menu.")

Starbucks a présenté le "Flat White" en janvier, qui consiste essentiellement en deux courts expressos avec du lait cuit à la vapeur, dans l'espoir que cela créerait des remous parmi les clients ainsi que les médias, ce qui a donné au nouvel article une large couverture. « Les personnes qui recherchent une expérience dans un petit café et une très bonne tasse de café iront ailleurs », déclare Daniel Mullaney, un passionné de café qui gère le compte Twitter @NYCCoffeeGeek. "La clientèle typique de Starbucks ira avec ce à quoi elle s'attend, ce que Starbucks a très bien fait avec ses magasins à travers le monde - la cohérence."

Un autre facteur qui a pu affecter le succès des magasins de La Boulange et a conduit à la popularité des menus de petit-déjeuner est la montée des aliments dits de style de vie tels que les plats sans gluten et riches en protéines plutôt que les produits de boulangerie, ajoute Gallo-Torres. .

"Les consommateurs aiment le petit-déjeuner parce que c'est une folie abordable, et les œufs et le bacon s'intègrent dans les régimes alimentaires axés sur les protéines, ce qui explique le succès des sandwichs pour le petit-déjeuner", dit-elle. Mais il est peu probable que cela dissuade Starbucks de développer son menu alimentaire : en décembre, la société a déclaré que la nourriture générait du trafic dans les magasins et a déclaré qu'elle visait à doubler ses revenus basés sur les produits alimentaires aux États-Unis au cours des cinq prochaines années pour atteindre plus de 4 milliards de dollars.

Starbucks a déjà touché à d'autres domaines et a même supprimé le mot « café » du logo de l'entreprise en 2011, avec un succès mitigé. Il a vendu des livres, des DVD et de la musique dans les magasins dans le passé et, en mars, il a lancé une campagne controversée #racetogether en demandant aux baristas d'écrire «Race Together» (ou de placer des autocollants) sur les tasses, qui s'est terminée une semaine après son début. Dans un message vidéo avant cette campagne, Schulz dit qu'on lui a dit: "Pour être honnête, Howard, ce n'est pas un sujet que nous devrions toucher." Il n'a pas écouté et la campagne a été tournée en dérision sur les réseaux sociaux : Hasan Minhaj, un comédien, a tweeté : « Avant qu'ils n'écrivent #RaceTogether sur des tasses, Starbucks peut-il simplement épeler mon nom correctement ? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.

Certains clients souhaitent avoir le choix de produits de boulangerie dans les points de vente Starbucks, et l'entreprise a écouté leurs demandes. La chaîne de café a introduit en 2013 une nouvelle recette de gâteau au pain dans un format de pain entier développé par La Boulange dans une poignée de villes aux États-Unis, mais les clients se sont plaints qu'ils le préféraient en tranches. Recette Boulange dans environ 3 500 magasins Starbucks, soit un tiers des 11 500 magasins du pays. Et la chaîne de café s'est toujours engagée à avoir plus d'emplacements «en soirée» à travers le pays et, en décembre dernier, a déclaré qu'elle prévoyait d'ajouter de la bière et du vin artisanaux, de petites assiettes telles que des boulettes de viande et du pop-corn à la truffe dans près de 3 000 emplacements à l'échelle nationale d'ici la fin de l'exercice. année 2019.

Dans l'intervalle, les analystes voient Starbucks aller de l'avant avec des options autres que le café dans ses propres magasins après avoir enregistré une augmentation de 7 % de ses ventes au deuxième trimestre de l'exercice. "Starbucks s'est définitivement heurté à la perspective très dommageable de saturation du marché de ses produits de base", a déclaré Andrew Alvarez, analyste industriel au groupe de recherche industriel IBISWorld.

"Il a essayé d'expérimenter des méthodes pour essayer de capturer une partie du marché de la restauration rapide ou du marché décontracté sous forme d'options de service au volant et de déjeuner et de se concentrer sur le menu du petit-déjeuner", a déclaré Alvarez. "Ce n'est pas nécessairement mauvais pour l'entreprise. Le café est un article à marge élevée, mais ce n'est pas la seule chose qui peut attirer les gens à travers la porte. »


Starbucks devrait-il s'en tenir à la vente de café ?

Il est peut-être temps de ramener le mot "café" au logo de Starbucks.

La société, qui a racheté la société mère de La Boulange Bay Bread LLC en 2012 pour 100 millions de dollars, a annoncé mardi qu'elle fermerait 23 succursales de la chaîne de boulangerie La Boulange avant octobre. "Starbucks a déterminé que les magasins de La Boulange ne sont pas durables pour la croissance à long terme de l'entreprise", a-t-il déclaré, bien qu'il vende toujours les produits de boulangerie de la marque dans les magasins.

Starbucks Corp. SBUX, +0,78 % fermera également son magasin de jus de fruits Evolution Fresh basé à San Francisco, il a acheté cette société pour 30 millions de dollars en 2011. », explique Melody Overton, fondatrice de StarbucksMelody.com, un site qui suit le géant du café.

« Il est difficile d'être bon en tout et la marque doit s'assurer de protéger son cœur de métier : le café », déclare Julia Gallo-Torres, responsable de la catégorie service alimentaire aux États-Unis au cabinet d'études Mintel. Il n'est pas toujours facile de livrer l'authenticité des produits à une échelle commerciale « et les consommateurs, en particulier les millennials, se méfient des grandes marques », ajoute-t-elle. Par exemple, la société supprime progressivement les cappuccinos des menus de certains magasins. "Il était difficile pour les baristas d'obtenir cet équilibre café-lait, affectant la consistance du produit", explique Gallo-Torres. (Une porte-parole de l'entreprise dit qu'ils seront toujours disponibles "peu importe s'ils sont répertoriés dans le menu.")

Starbucks a présenté le "Flat White" en janvier, qui consiste essentiellement en deux courts expressos avec du lait cuit à la vapeur, dans l'espoir que cela créerait des remous parmi les clients ainsi que les médias, ce qui a donné au nouvel article une large couverture. "Les gens qui recherchent une petite expérience de café et une très bonne tasse de café iront ailleurs", déclare Daniel Mullaney, un passionné de café qui gère le compte Twitter @NYCCoffeeGeek. "La clientèle typique de Starbucks ira avec ce à quoi elle s'attend, ce que Starbucks a très bien fait avec ses magasins à travers le monde - la cohérence."

Un autre facteur qui a pu affecter le succès des magasins de La Boulange et a conduit à la popularité des menus de petit-déjeuner est la montée des aliments dits de style de vie tels que les plats sans gluten et riches en protéines plutôt que les produits de boulangerie, ajoute Gallo-Torres. .

"Les consommateurs aiment le petit-déjeuner parce que c'est une folie abordable, et les œufs et le bacon s'intègrent dans les régimes alimentaires axés sur les protéines, ce qui explique le succès des sandwichs pour le petit-déjeuner", dit-elle. Mais il est peu probable que cela dissuade Starbucks de développer son menu alimentaire : en décembre, la société a déclaré que la nourriture générait du trafic dans les magasins et a déclaré qu'elle visait à doubler ses revenus basés sur les produits alimentaires aux États-Unis au cours des cinq prochaines années pour atteindre plus de 4 milliards de dollars.

Starbucks a déjà touché à d'autres domaines et a même supprimé le mot « café » du logo de l'entreprise en 2011, avec un succès mitigé. Il a vendu des livres, des DVD et de la musique dans les magasins dans le passé et, en mars, il a lancé une campagne controversée #racetogether en demandant aux baristas d'écrire «Race Together» (ou de placer des autocollants) sur les tasses, qui s'est terminée une semaine après son début. Dans un message vidéo avant cette campagne, Schulz dit qu'on lui a dit: "Pour être honnête, Howard, ce n'est pas un sujet que nous devrions toucher." Il n'a pas écouté et la campagne a été tournée en dérision sur les réseaux sociaux : Hasan Minhaj, un comédien, a tweeté : « Avant qu'ils n'écrivent #RaceTogether sur des tasses, Starbucks peut-il simplement épeler mon nom correctement ? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.

Certains clients souhaitent avoir le choix de produits de boulangerie dans les points de vente Starbucks, et l'entreprise a écouté leurs demandes. La chaîne de café a introduit en 2013 une nouvelle recette de gâteau au pain dans un format de pain entier développé par La Boulange dans une poignée de villes aux États-Unis, mais les clients se sont plaints qu'ils le préféraient en tranches. Recette Boulange dans environ 3 500 magasins Starbucks, soit un tiers des 11 500 magasins du pays. Et la chaîne de café s'est toujours engagée à avoir plus d'emplacements «en soirée» à travers le pays et, en décembre dernier, a déclaré qu'elle prévoyait d'ajouter de la bière et du vin artisanaux, de petites assiettes telles que des boulettes de viande et du pop-corn à la truffe dans près de 3 000 emplacements à l'échelle nationale d'ici la fin de l'exercice. année 2019.

Dans l'intervalle, les analystes voient Starbucks aller de l'avant avec des options autres que le café dans ses propres magasins après avoir enregistré une augmentation de 7 % de ses ventes au deuxième trimestre de l'exercice. "Starbucks s'est définitivement heurté à la perspective très dommageable de saturation du marché de ses produits de base", a déclaré Andrew Alvarez, analyste industriel au sein du groupe de recherche industriel IBISWorld.

"Il a essayé d'expérimenter des méthodes pour essayer de capturer une partie du marché de la restauration rapide ou du marché décontracté sous forme de service au volant et d'options de déjeuner et de se concentrer sur le menu du petit-déjeuner", a déclaré Alvarez. «Ce n'est pas nécessairement mauvais pour l'entreprise. Le café est un article à marge élevée, mais ce n'est pas la seule chose qui peut attirer les gens à travers la porte. »


Starbucks devrait-il s'en tenir à la vente de café ?

Il est peut-être temps de ramener le mot "café" au logo de Starbucks.

La société, qui a racheté la société mère de La Boulange Bay Bread LLC en 2012 pour 100 millions de dollars, a annoncé mardi qu'elle fermerait 23 succursales de la chaîne de boulangerie La Boulange avant octobre. "Starbucks a déterminé que les magasins de La Boulange ne sont pas durables pour la croissance à long terme de l'entreprise", a-t-il déclaré, bien qu'il vendra toujours les produits de boulangerie de la marque dans les magasins.

Starbucks Corp. SBUX, +0,78 % fermera également son magasin de jus de fruits Evolution Fresh basé à San Francisco, il a acheté cette société pour 30 millions de dollars en 2011. », explique Melody Overton, fondatrice de StarbucksMelody.com, un site qui suit le géant du café.

« Il est difficile d'être bon en tout et la marque doit s'assurer de protéger son cœur de métier : le café », déclare Julia Gallo-Torres, responsable de la catégorie services alimentaires aux États-Unis au cabinet d'études Mintel. Il n'est pas toujours facile de livrer l'authenticité des produits à une échelle commerciale « et les consommateurs, en particulier les millennials, se méfient des grandes marques », ajoute-t-elle. Par exemple, la société supprime progressivement les cappuccinos des menus de certains magasins. "Il était difficile pour les baristas d'obtenir cet équilibre café-lait, affectant la consistance du produit", explique Gallo-Torres. (Une porte-parole de l'entreprise dit qu'ils seront toujours disponibles "peu importe s'ils sont répertoriés dans le menu.")

Starbucks a présenté le «Flat White» en janvier, qui consiste essentiellement en deux courtes doses d'espresso avec du lait cuit à la vapeur, dans l'espoir que cela créerait des remous parmi les clients ainsi que les médias, ce qui a donné au nouvel article une large couverture. « Les personnes qui recherchent une expérience dans un petit café et une très bonne tasse de café iront ailleurs », déclare Daniel Mullaney, un passionné de café qui gère le compte Twitter @NYCCoffeeGeek. "La clientèle typique de Starbucks ira avec ce à quoi elle s'attend, ce que Starbucks a très bien fait avec ses magasins à travers le monde - la cohérence."

Un autre facteur qui a pu affecter le succès des magasins de La Boulange et a conduit à la popularité des menus de petit-déjeuner est la montée des aliments dits de style de vie tels que les plats sans gluten et riches en protéines plutôt que les produits de boulangerie, ajoute Gallo-Torres. .

"Les consommateurs aiment le petit-déjeuner parce que c'est une folie abordable, et les œufs et le bacon s'intègrent dans les régimes alimentaires axés sur les protéines, ce qui explique le succès des sandwichs pour le petit-déjeuner", dit-elle. Mais il est peu probable que cela dissuade Starbucks de développer son menu alimentaire : en décembre, la société a déclaré que la nourriture générait du trafic dans les magasins et a déclaré qu'elle visait à doubler ses revenus basés sur les produits alimentaires aux États-Unis au cours des cinq prochaines années pour atteindre plus de 4 milliards de dollars.

Starbucks a déjà touché à d'autres domaines et a même supprimé le mot « café » du logo de l'entreprise en 2011, avec un succès mitigé. Il a vendu des livres, des DVD et de la musique dans les magasins dans le passé et, en mars, il a lancé une campagne controversée #racetogether en demandant aux baristas d'écrire «Race Together» (ou de placer des autocollants) sur les tasses, qui s'est terminée une semaine après son début. Dans un message vidéo avant cette campagne, Schulz dit qu'on lui a dit: "Pour être honnête, Howard, ce n'est pas un sujet que nous devrions toucher." Il n'a pas écouté et la campagne a été tournée en dérision sur les réseaux sociaux : Hasan Minhaj, un comédien, a tweeté : « Avant qu'ils n'écrivent #RaceTogether sur des tasses, Starbucks peut-il simplement épeler mon nom correctement ? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.

Certains clients souhaitent avoir le choix de produits de boulangerie dans les points de vente Starbucks, et l'entreprise a écouté leurs demandes. La chaîne de café a introduit en 2013 une nouvelle recette de gâteau au pain dans un format de pain entier développé par La Boulange dans une poignée de villes aux États-Unis, mais les clients se sont plaints qu'ils le préféraient en tranches. Recette Boulange dans environ 3 500 magasins Starbucks, soit un tiers des 11 500 magasins du pays. Et la chaîne de café s'est toujours engagée à avoir plus d'emplacements «en soirée» à travers le pays et, en décembre dernier, a déclaré qu'elle prévoyait d'ajouter de la bière et du vin artisanaux, de petites assiettes telles que des boulettes de viande et du pop-corn à la truffe dans près de 3 000 emplacements à l'échelle nationale d'ici la fin de l'exercice. année 2019.

Dans l'intervalle, les analystes voient Starbucks aller de l'avant avec des options autres que le café dans ses propres magasins après avoir enregistré une augmentation de 7 % de ses ventes au deuxième trimestre de l'exercice. "Starbucks s'est définitivement heurté à la perspective très dommageable de saturation du marché de ses produits de base", a déclaré Andrew Alvarez, analyste industriel au sein du groupe de recherche industriel IBISWorld.

"Il a essayé d'expérimenter des méthodes pour essayer de capturer une partie du marché de la restauration rapide ou du marché décontracté sous forme de service au volant et d'options de déjeuner et de se concentrer sur le menu du petit-déjeuner", a déclaré Alvarez. «Ce n'est pas nécessairement mauvais pour l'entreprise. Le café est un article à marge élevée, mais ce n'est pas la seule chose qui peut attirer les gens à travers la porte. »


Starbucks devrait-il s'en tenir à la vente de café ?

Il est peut-être temps de ramener le mot "café" au logo de Starbucks.

La société, qui a racheté la société mère de La Boulange Bay Bread LLC en 2012 pour 100 millions de dollars, a annoncé mardi qu'elle fermerait 23 succursales de la chaîne de boulangerie La Boulange avant octobre. "Starbucks a déterminé que les magasins de La Boulange ne sont pas durables pour la croissance à long terme de l'entreprise", a-t-il déclaré, bien qu'il vende toujours les produits de boulangerie de la marque dans les magasins.

Starbucks Corp. SBUX, +0,78 % fermera également son magasin de jus de fruits Evolution Fresh basé à San Francisco, il a acheté cette société pour 30 millions de dollars en 2011. », explique Melody Overton, fondatrice de StarbucksMelody.com, un site qui suit le géant du café.

« Il est difficile d'être bon en tout et la marque doit s'assurer de protéger son cœur de métier : le café », déclare Julia Gallo-Torres, responsable de la catégorie services alimentaires aux États-Unis au cabinet d'études Mintel. Il n'est pas toujours facile de livrer l'authenticité des produits à une échelle commerciale « et les consommateurs, en particulier les millennials, se méfient des grandes marques », ajoute-t-elle. Par exemple, la société supprime progressivement les cappuccinos des menus de certains magasins. "Il était difficile pour les baristas d'obtenir cet équilibre café-lait, affectant la consistance du produit", explique Gallo-Torres. (Une porte-parole de l'entreprise dit qu'ils seront toujours disponibles "peu importe s'ils sont répertoriés dans le menu.")

Starbucks a présenté le «Flat White» en janvier, qui consiste essentiellement en deux courtes doses d'espresso avec du lait cuit à la vapeur, dans l'espoir que cela créerait des remous parmi les clients ainsi que les médias, ce qui a donné au nouvel article une large couverture. « Les personnes qui recherchent une expérience dans un petit café et une très bonne tasse de café iront ailleurs », déclare Daniel Mullaney, un passionné de café qui gère le compte Twitter @NYCCoffeeGeek. "La clientèle typique de Starbucks ira avec ce à quoi elle s'attend, ce que Starbucks a très bien fait avec ses magasins à travers le monde - la cohérence."

Un autre facteur qui a pu affecter le succès des magasins de La Boulange et a conduit à la popularité des menus de petit-déjeuner est la montée des aliments dits de style de vie tels que les plats sans gluten et riches en protéines plutôt que les produits de boulangerie, ajoute Gallo-Torres. .

"Les consommateurs aiment le petit-déjeuner parce que c'est une folie abordable, et les œufs et le bacon s'intègrent dans les régimes alimentaires axés sur les protéines, ce qui explique le succès des sandwichs pour le petit-déjeuner", dit-elle. Mais il est peu probable que cela dissuade Starbucks de développer son menu alimentaire : en décembre, la société a déclaré que la nourriture générait du trafic dans les magasins et a déclaré qu'elle visait à doubler ses revenus basés sur les produits alimentaires aux États-Unis au cours des cinq prochaines années pour atteindre plus de 4 milliards de dollars.

Starbucks a déjà touché à d'autres domaines et a même supprimé le mot « café » du logo de l'entreprise en 2011, avec un succès mitigé. Il a vendu des livres, des DVD et de la musique dans les magasins dans le passé et, en mars, il a lancé une campagne controversée #racetogether en demandant aux baristas d'écrire «Race Together» (ou de placer des autocollants) sur les tasses, qui s'est terminée une semaine après son début. Dans un message vidéo avant cette campagne, Schulz dit qu'on lui a dit: "Pour être honnête, Howard, ce n'est pas un sujet que nous devrions toucher." Il n'a pas écouté et la campagne a été tournée en dérision sur les réseaux sociaux : Hasan Minhaj, un comédien, a tweeté : « Avant qu'ils n'écrivent #RaceTogether sur des tasses, Starbucks peut-il simplement épeler mon nom correctement ? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.

Certains clients souhaitent avoir le choix de produits de boulangerie dans les points de vente Starbucks, et l'entreprise a écouté leurs demandes. La chaîne de café a introduit une nouvelle recette de pain au format de pain entier en 2013 développée par La Boulange dans une poignée de villes aux États-Unis, mais les clients se sont plaints qu'ils le préféraient en tranches. Recette Boulange dans environ 3 500 magasins Starbucks, soit un tiers des 11 500 magasins du pays. Et la chaîne de café s'est toujours engagée à avoir plus d'emplacements «en soirée» à travers le pays et, en décembre dernier, a déclaré qu'elle prévoyait d'ajouter de la bière et du vin artisanaux, de petites assiettes telles que des boulettes de viande et du pop-corn à la truffe dans près de 3 000 emplacements à l'échelle nationale d'ici la fin de l'exercice. année 2019.

Dans l'intervalle, les analystes voient Starbucks aller de l'avant avec des options autres que le café dans ses propres magasins après avoir enregistré une augmentation de 7 % de ses ventes au deuxième trimestre de l'exercice. "Starbucks s'est définitivement heurté à la perspective très dommageable de saturation du marché de ses produits de base", a déclaré Andrew Alvarez, analyste industriel au sein du groupe de recherche industriel IBISWorld.

"Il a essayé d'expérimenter des méthodes pour essayer de capturer une partie du marché de la restauration rapide ou du marché décontracté sous forme de service au volant et d'options de déjeuner et de se concentrer sur le menu du petit-déjeuner", a déclaré Alvarez. «Ce n'est pas nécessairement mauvais pour l'entreprise. Le café est un article à marge élevée, mais ce n'est pas la seule chose qui peut attirer les gens à travers la porte. »


Starbucks devrait-il s'en tenir à la vente de café ?

Il est peut-être temps de ramener le mot "café" au logo de Starbucks.

La société, qui a racheté la société mère de La Boulange Bay Bread LLC en 2012 pour 100 millions de dollars, a annoncé mardi qu'elle fermerait 23 succursales de la chaîne de boulangerie La Boulange avant octobre. "Starbucks a déterminé que les magasins de La Boulange ne sont pas durables pour la croissance à long terme de l'entreprise", a-t-il déclaré, bien qu'il vende toujours les produits de boulangerie de la marque dans les magasins.

Starbucks Corp. SBUX, +0,78 % fermera également son magasin de jus de fruits Evolution Fresh basé à San Francisco, il a acheté cette société pour 30 millions de dollars en 2011. », explique Melody Overton, fondatrice de StarbucksMelody.com, un site qui suit le géant du café.

« Il est difficile d'être bon en tout et la marque doit s'assurer de protéger son cœur de métier : le café », déclare Julia Gallo-Torres, responsable de la catégorie services alimentaires aux États-Unis au cabinet d'études Mintel. Il n'est pas toujours facile de livrer l'authenticité des produits à une échelle commerciale « et les consommateurs, en particulier les millennials, se méfient des grandes marques », ajoute-t-elle. Par exemple, la société supprime progressivement les cappuccinos des menus de certains magasins. "Il était difficile pour les baristas d'obtenir cet équilibre café-lait, affectant la consistance du produit", explique Gallo-Torres. (Une porte-parole de l'entreprise dit qu'ils seront toujours disponibles "peu importe s'ils sont répertoriés dans le menu.")

Starbucks a présenté le "Flat White" en janvier, qui consiste essentiellement en deux courts expressos avec du lait cuit à la vapeur, dans l'espoir que cela créerait des remous parmi les clients ainsi que les médias, ce qui a donné au nouvel article une large couverture. « Les personnes qui recherchent une expérience dans un petit café et une très bonne tasse de café iront ailleurs », déclare Daniel Mullaney, un passionné de café qui gère le compte Twitter @NYCCoffeeGeek. "La clientèle typique de Starbucks ira avec ce à quoi elle s'attend, ce que Starbucks a très bien fait avec ses magasins à travers le monde - la cohérence."

Un autre facteur qui a peut-être affecté le succès des magasins de La Boulange et a conduit à la popularité des menus de petit-déjeuner est la montée en puissance des aliments dits de style de vie tels que les plats sans gluten et riches en protéines plutôt que les produits de boulangerie, ajoute Gallo-Torres. .

"Les consommateurs aiment le petit-déjeuner parce que c'est une folie abordable, et les œufs et le bacon s'intègrent dans les régimes alimentaires axés sur les protéines, ce qui explique le succès des sandwichs pour le petit-déjeuner", dit-elle. Mais il est peu probable que cela dissuade Starbucks de développer son menu alimentaire : en décembre, la société a déclaré que la nourriture générait du trafic dans les magasins et a déclaré qu'elle visait à doubler ses revenus basés sur les produits alimentaires aux États-Unis au cours des cinq prochaines années pour atteindre plus de 4 milliards de dollars.

Starbucks a déjà touché à d'autres domaines et a même supprimé le mot « café » du logo de l'entreprise en 2011, avec un succès mitigé. Il a vendu des livres, des DVD et de la musique dans les magasins dans le passé et, en mars, il a lancé une campagne controversée #racetogether en demandant aux baristas d'écrire «Race Together» (ou de placer des autocollants) sur les tasses, qui s'est terminée une semaine après son début. Dans un message vidéo avant cette campagne, Schulz dit qu'on lui a dit: "Pour être honnête, Howard, ce n'est pas un sujet que nous devrions toucher." Il n'a pas écouté et la campagne a été tournée en dérision sur les réseaux sociaux : Hasan Minhaj, un comédien, a tweeté : « Avant qu'ils n'écrivent #RaceTogether sur des tasses, Starbucks peut-il simplement épeler mon nom correctement ? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.

Certains clients souhaitent avoir le choix de produits de boulangerie dans les points de vente Starbucks, et l'entreprise a écouté leurs demandes. La chaîne de café a introduit en 2013 une nouvelle recette de gâteau au pain dans un format de pain entier développé par La Boulange dans une poignée de villes aux États-Unis, mais les clients se sont plaints qu'ils le préféraient en tranches. Recette Boulange dans environ 3 500 magasins Starbucks, soit un tiers des 11 500 magasins du pays. Et la chaîne de café s'est toujours engagée à avoir plus d'emplacements «en soirée» à travers le pays et, en décembre dernier, a déclaré qu'elle prévoyait d'ajouter de la bière et du vin artisanaux, de petites assiettes telles que des boulettes de viande et du pop-corn à la truffe dans près de 3 000 emplacements à l'échelle nationale d'ici la fin de l'exercice. année 2019.

Dans l'intervalle, les analystes voient Starbucks aller de l'avant avec des options autres que le café dans ses propres magasins après avoir enregistré une augmentation de 7 % de ses ventes au deuxième trimestre de l'exercice. "Starbucks s'est définitivement heurté à la perspective très dommageable de saturation du marché de ses produits de base", a déclaré Andrew Alvarez, analyste industriel au sein du groupe de recherche industriel IBISWorld.

"Il a essayé d'expérimenter des méthodes pour essayer de capturer une partie du marché de la restauration rapide ou du marché décontracté sous forme de service au volant et d'options de déjeuner et de se concentrer sur le menu du petit-déjeuner", a déclaré Alvarez. «Ce n'est pas nécessairement mauvais pour l'entreprise. Le café est un produit à marge élevée, mais ce n'est pas la seule chose qui peut attirer les gens à travers la porte.


Starbucks devrait-il s'en tenir à la vente de café ?

Il est peut-être temps de ramener le mot "café" au logo de Starbucks.

La société, qui a racheté la société mère de La Boulange Bay Bread LLC en 2012 pour 100 millions de dollars, a annoncé mardi qu'elle fermerait 23 succursales de la chaîne de boulangerie La Boulange avant octobre. "Starbucks a déterminé que les magasins de La Boulange ne sont pas durables pour la croissance à long terme de l'entreprise", a-t-il déclaré, bien qu'il vendra toujours les produits de boulangerie de la marque dans les magasins.

Starbucks Corp. SBUX, +0,78 % fermera également son magasin de jus de fruits Evolution Fresh basé à San Francisco, il a acheté cette société pour 30 millions de dollars en 2011. », explique Melody Overton, fondatrice de StarbucksMelody.com, un site qui suit le géant du café.

« Il est difficile d'être bon en tout et la marque doit s'assurer de protéger son cœur de métier : le café », déclare Julia Gallo-Torres, responsable de la catégorie service alimentaire aux États-Unis au cabinet d'études Mintel. Il n'est pas toujours facile de livrer l'authenticité des produits à une échelle commerciale « et les consommateurs, en particulier les millennials, se méfient des grandes marques », ajoute-t-elle. Par exemple, la société supprime progressivement les cappuccinos des menus de certains magasins. "Il était difficile pour les baristas d'obtenir cet équilibre café/lait, affectant la consistance du produit", explique Gallo-Torres. (Une porte-parole de l'entreprise dit qu'ils seront toujours disponibles "peu importe s'ils sont répertoriés dans le menu.")

Starbucks a présenté le «Flat White» en janvier, qui consiste essentiellement en deux courtes doses d'espresso avec du lait cuit à la vapeur, dans l'espoir que cela créerait des remous parmi les clients ainsi que les médias, ce qui a donné au nouvel article une large couverture. « Les personnes qui recherchent une expérience dans un petit café et une très bonne tasse de café iront ailleurs », déclare Daniel Mullaney, un passionné de café qui gère le compte Twitter @NYCCoffeeGeek. "La clientèle typique de Starbucks ira avec ce à quoi elle s'attend, ce que Starbucks a très bien fait avec ses magasins à travers le monde - la cohérence."

Un autre facteur qui a peut-être affecté le succès des magasins de La Boulange et a conduit à la popularité des menus de petit-déjeuner est la montée en puissance des aliments dits de style de vie tels que les plats sans gluten et riches en protéines plutôt que les produits de boulangerie, ajoute Gallo-Torres. .

"Les consommateurs aiment le petit-déjeuner parce que c'est une folie abordable, et les œufs et le bacon s'intègrent dans les régimes alimentaires axés sur les protéines, ce qui explique le succès des sandwichs pour le petit-déjeuner", dit-elle. Mais il est peu probable que cela dissuade Starbucks de développer son menu alimentaire : en décembre, la société a déclaré que la nourriture générait du trafic dans les magasins et a déclaré qu'elle visait à doubler ses revenus basés sur les produits alimentaires aux États-Unis au cours des cinq prochaines années pour atteindre plus de 4 milliards de dollars.

Starbucks a déjà touché à d'autres domaines et a même supprimé le mot « café » du logo de l'entreprise en 2011, avec un succès mitigé. Il a vendu des livres, des DVD et de la musique dans les magasins dans le passé et, en mars, il a lancé une campagne controversée #racetogether en demandant aux baristas d'écrire «Race Together» (ou de placer des autocollants) sur les tasses, qui s'est terminée une semaine après son début. Dans un message vidéo avant cette campagne, Schulz dit qu'on lui a dit: "Pour être honnête, Howard, ce n'est pas un sujet que nous devrions toucher." Il n'a pas écouté et la campagne a été tournée en dérision sur les réseaux sociaux : Hasan Minhaj, un comédien, a tweeté : « Avant qu'ils n'écrivent #RaceTogether sur des tasses, Starbucks peut-il simplement épeler mon nom correctement ? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.

Certains clients souhaitent avoir le choix de produits de boulangerie dans les points de vente Starbucks, et l'entreprise a écouté leurs demandes. La chaîne de café a introduit une nouvelle recette de gâteau au pain dans un format de pain entier en 2013 développé par La Boulange à une poignée de villes à travers les États-Unis, mais les clients se sont plaints qu'ils préféraient le tranché, alors l'année dernière, il a déployé de nouveaux pains tranchés avec le La Recette Boulange dans environ 3 500 magasins Starbucks, soit un tiers des 11 500 magasins du pays. And the coffee chain is still committed to having more “evening” locations across the country and, last December, said it plans to add craft beer and wine, small plates such as meatballs and truffle popcorn to nearly 3,000 locations nationwide by the end of fiscal year 2019.

In the meantime, analysts see Starbucks pushing ahead with non-coffee options at its own stores after posting a 7% increase in fiscal second-quarter sales. “Starbucks has definitely run up against the very damaging prospect of market saturation in its core products,” says Andrew Alvarez, industry analyst at industry research group IBISWorld.

“It’s tried to experiment with methods to try to capture some of the fast-food market or fast-casual market in the way of drive-thrus and lunch options and focus on the breakfast menu,” Alvarez says. “This isn’t necessarily wrong for the company. Coffee is a high-margin item, but it’s not the only thing that can draw people through the door.”


Should Starbucks stick to selling coffee?

It might be time to bring the word “coffee” back to Starbucks’ logo.

The company, which bought La Boulange parent company Bay Bread LLC in 2012 for $100 million, said Tuesday it will close 23 branches of the La Boulange bakery chain before October. “Starbucks has determined La Boulange stores are not sustainable for the company’s long-term growth,” it said, although it will still sell the brand’s baked goods in stores.

Starbucks Corp. SBUX, +0.78% will also close its San Francisco-based juice store Evolution Fresh it bought that company for $30 million in 2011. “Starbucks seems to approach their business at times like throwing spaghetti on a wall and seeing what sticks,” says Melody Overton, founder of StarbucksMelody.com, a site that keeps track of the coffee giant.

“It’s hard to be good at all things and the brand has to be sure to protect its core competency — coffee,” says Julia Gallo-Torres, U.S. food service category manager at research firm Mintel. It’s not always easy to deliver the authenticity of the products on a commercial scale “and consumers, especially millennials, have become wary of big brands,” she adds. For instance, the company is phasing out cappuccinos from menus in some stores. “It was difficult for baristas to get this coffee and milk balance right, affecting the consistency of the product,” Gallo-Torres says. (A company spokeswoman says they’ll always be available “regardless if they’re listed on the menu.”)

Starbucks introduced the ‘Flat White’ in January, which is essentially two short espresso shots with steamed milk, in the hopes that it would create a stir among customers as well as the media, which did give the new item plenty of coverage. “People who seek a small cafe experience and a really great cup of coffee will go somewhere else,” says Daniel Mullaney, a coffee enthusiast who runs the Twitter handle @NYCCoffeeGeek. “The typical Starbucks clientele will go with what they have come to expect, which is something Starbucks has done very well with their shops across the world — consistency.”

Another factor that may have affected the success of the La Boulange stores and has driven the popularity of breakfast menus is the rise of so-called lifestyle eating such as gluten-free, high-protein menu items rather than baked goods, Gallo-Torres adds.

“Consumers like breakfast because it’s an affordable splurge, and eggs and bacon fit into protein-focused diets, which explains the success of breakfast sandwiches,” she says. But this is unlikely to put Starbucks off developing its food menu: In December, the company said food was driving traffic into stores and said it aims to double its U.S.-based revenue from food products over the next five years to more than $4 billion.

Starbucks has dabbled in other areas before, and even dropped the word “coffee” from the company logo in 2011, with mixed success. It has sold books, DVDs and music in stores in the past and, in March, it launched a controversial #racetogether campaign by asking baristas to write “Race Together” (or place stickers) on cups, which ended a week after it began. In a video message before that campaign, Schulz says he was told, “‘To be honest, Howard, this is not a subject we should touch.” He didn’t listen and the campaign was derided on social media: Hasan Minhaj, a comedian, tweeted: “Before they write #RaceTogether on cups, can Starbucks just spell my name correctly? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.”

Some customers do want to have the choice of baked goods in Starbucks outlets, and the company has listened to their requests. The coffee chain introduced a new loaf cake recipe in a whole loaf format in 2013 developed by La Boulange to a handful of cities across the U.S., but customers complained that they preferred it sliced, so last year it rolled out new sliced loafs with the La Boulange recipe at around 3,500 Starbucks stores, or one-third of the 11,500 stores nationwide. And the coffee chain is still committed to having more “evening” locations across the country and, last December, said it plans to add craft beer and wine, small plates such as meatballs and truffle popcorn to nearly 3,000 locations nationwide by the end of fiscal year 2019.

In the meantime, analysts see Starbucks pushing ahead with non-coffee options at its own stores after posting a 7% increase in fiscal second-quarter sales. “Starbucks has definitely run up against the very damaging prospect of market saturation in its core products,” says Andrew Alvarez, industry analyst at industry research group IBISWorld.

“It’s tried to experiment with methods to try to capture some of the fast-food market or fast-casual market in the way of drive-thrus and lunch options and focus on the breakfast menu,” Alvarez says. “This isn’t necessarily wrong for the company. Coffee is a high-margin item, but it’s not the only thing that can draw people through the door.”


Should Starbucks stick to selling coffee?

It might be time to bring the word “coffee” back to Starbucks’ logo.

The company, which bought La Boulange parent company Bay Bread LLC in 2012 for $100 million, said Tuesday it will close 23 branches of the La Boulange bakery chain before October. “Starbucks has determined La Boulange stores are not sustainable for the company’s long-term growth,” it said, although it will still sell the brand’s baked goods in stores.

Starbucks Corp. SBUX, +0.78% will also close its San Francisco-based juice store Evolution Fresh it bought that company for $30 million in 2011. “Starbucks seems to approach their business at times like throwing spaghetti on a wall and seeing what sticks,” says Melody Overton, founder of StarbucksMelody.com, a site that keeps track of the coffee giant.

“It’s hard to be good at all things and the brand has to be sure to protect its core competency — coffee,” says Julia Gallo-Torres, U.S. food service category manager at research firm Mintel. It’s not always easy to deliver the authenticity of the products on a commercial scale “and consumers, especially millennials, have become wary of big brands,” she adds. For instance, the company is phasing out cappuccinos from menus in some stores. “It was difficult for baristas to get this coffee and milk balance right, affecting the consistency of the product,” Gallo-Torres says. (A company spokeswoman says they’ll always be available “regardless if they’re listed on the menu.”)

Starbucks introduced the ‘Flat White’ in January, which is essentially two short espresso shots with steamed milk, in the hopes that it would create a stir among customers as well as the media, which did give the new item plenty of coverage. “People who seek a small cafe experience and a really great cup of coffee will go somewhere else,” says Daniel Mullaney, a coffee enthusiast who runs the Twitter handle @NYCCoffeeGeek. “The typical Starbucks clientele will go with what they have come to expect, which is something Starbucks has done very well with their shops across the world — consistency.”

Another factor that may have affected the success of the La Boulange stores and has driven the popularity of breakfast menus is the rise of so-called lifestyle eating such as gluten-free, high-protein menu items rather than baked goods, Gallo-Torres adds.

“Consumers like breakfast because it’s an affordable splurge, and eggs and bacon fit into protein-focused diets, which explains the success of breakfast sandwiches,” she says. But this is unlikely to put Starbucks off developing its food menu: In December, the company said food was driving traffic into stores and said it aims to double its U.S.-based revenue from food products over the next five years to more than $4 billion.

Starbucks has dabbled in other areas before, and even dropped the word “coffee” from the company logo in 2011, with mixed success. It has sold books, DVDs and music in stores in the past and, in March, it launched a controversial #racetogether campaign by asking baristas to write “Race Together” (or place stickers) on cups, which ended a week after it began. In a video message before that campaign, Schulz says he was told, “‘To be honest, Howard, this is not a subject we should touch.” He didn’t listen and the campaign was derided on social media: Hasan Minhaj, a comedian, tweeted: “Before they write #RaceTogether on cups, can Starbucks just spell my name correctly? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.”

Some customers do want to have the choice of baked goods in Starbucks outlets, and the company has listened to their requests. The coffee chain introduced a new loaf cake recipe in a whole loaf format in 2013 developed by La Boulange to a handful of cities across the U.S., but customers complained that they preferred it sliced, so last year it rolled out new sliced loafs with the La Boulange recipe at around 3,500 Starbucks stores, or one-third of the 11,500 stores nationwide. And the coffee chain is still committed to having more “evening” locations across the country and, last December, said it plans to add craft beer and wine, small plates such as meatballs and truffle popcorn to nearly 3,000 locations nationwide by the end of fiscal year 2019.

In the meantime, analysts see Starbucks pushing ahead with non-coffee options at its own stores after posting a 7% increase in fiscal second-quarter sales. “Starbucks has definitely run up against the very damaging prospect of market saturation in its core products,” says Andrew Alvarez, industry analyst at industry research group IBISWorld.

“It’s tried to experiment with methods to try to capture some of the fast-food market or fast-casual market in the way of drive-thrus and lunch options and focus on the breakfast menu,” Alvarez says. “This isn’t necessarily wrong for the company. Coffee is a high-margin item, but it’s not the only thing that can draw people through the door.”


Should Starbucks stick to selling coffee?

It might be time to bring the word “coffee” back to Starbucks’ logo.

The company, which bought La Boulange parent company Bay Bread LLC in 2012 for $100 million, said Tuesday it will close 23 branches of the La Boulange bakery chain before October. “Starbucks has determined La Boulange stores are not sustainable for the company’s long-term growth,” it said, although it will still sell the brand’s baked goods in stores.

Starbucks Corp. SBUX, +0.78% will also close its San Francisco-based juice store Evolution Fresh it bought that company for $30 million in 2011. “Starbucks seems to approach their business at times like throwing spaghetti on a wall and seeing what sticks,” says Melody Overton, founder of StarbucksMelody.com, a site that keeps track of the coffee giant.

“It’s hard to be good at all things and the brand has to be sure to protect its core competency — coffee,” says Julia Gallo-Torres, U.S. food service category manager at research firm Mintel. It’s not always easy to deliver the authenticity of the products on a commercial scale “and consumers, especially millennials, have become wary of big brands,” she adds. For instance, the company is phasing out cappuccinos from menus in some stores. “It was difficult for baristas to get this coffee and milk balance right, affecting the consistency of the product,” Gallo-Torres says. (A company spokeswoman says they’ll always be available “regardless if they’re listed on the menu.”)

Starbucks introduced the ‘Flat White’ in January, which is essentially two short espresso shots with steamed milk, in the hopes that it would create a stir among customers as well as the media, which did give the new item plenty of coverage. “People who seek a small cafe experience and a really great cup of coffee will go somewhere else,” says Daniel Mullaney, a coffee enthusiast who runs the Twitter handle @NYCCoffeeGeek. “The typical Starbucks clientele will go with what they have come to expect, which is something Starbucks has done very well with their shops across the world — consistency.”

Another factor that may have affected the success of the La Boulange stores and has driven the popularity of breakfast menus is the rise of so-called lifestyle eating such as gluten-free, high-protein menu items rather than baked goods, Gallo-Torres adds.

“Consumers like breakfast because it’s an affordable splurge, and eggs and bacon fit into protein-focused diets, which explains the success of breakfast sandwiches,” she says. But this is unlikely to put Starbucks off developing its food menu: In December, the company said food was driving traffic into stores and said it aims to double its U.S.-based revenue from food products over the next five years to more than $4 billion.

Starbucks has dabbled in other areas before, and even dropped the word “coffee” from the company logo in 2011, with mixed success. It has sold books, DVDs and music in stores in the past and, in March, it launched a controversial #racetogether campaign by asking baristas to write “Race Together” (or place stickers) on cups, which ended a week after it began. In a video message before that campaign, Schulz says he was told, “‘To be honest, Howard, this is not a subject we should touch.” He didn’t listen and the campaign was derided on social media: Hasan Minhaj, a comedian, tweeted: “Before they write #RaceTogether on cups, can Starbucks just spell my name correctly? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.”

Some customers do want to have the choice of baked goods in Starbucks outlets, and the company has listened to their requests. The coffee chain introduced a new loaf cake recipe in a whole loaf format in 2013 developed by La Boulange to a handful of cities across the U.S., but customers complained that they preferred it sliced, so last year it rolled out new sliced loafs with the La Boulange recipe at around 3,500 Starbucks stores, or one-third of the 11,500 stores nationwide. And the coffee chain is still committed to having more “evening” locations across the country and, last December, said it plans to add craft beer and wine, small plates such as meatballs and truffle popcorn to nearly 3,000 locations nationwide by the end of fiscal year 2019.

In the meantime, analysts see Starbucks pushing ahead with non-coffee options at its own stores after posting a 7% increase in fiscal second-quarter sales. “Starbucks has definitely run up against the very damaging prospect of market saturation in its core products,” says Andrew Alvarez, industry analyst at industry research group IBISWorld.

“It’s tried to experiment with methods to try to capture some of the fast-food market or fast-casual market in the way of drive-thrus and lunch options and focus on the breakfast menu,” Alvarez says. “This isn’t necessarily wrong for the company. Coffee is a high-margin item, but it’s not the only thing that can draw people through the door.”


Should Starbucks stick to selling coffee?

It might be time to bring the word “coffee” back to Starbucks’ logo.

The company, which bought La Boulange parent company Bay Bread LLC in 2012 for $100 million, said Tuesday it will close 23 branches of the La Boulange bakery chain before October. “Starbucks has determined La Boulange stores are not sustainable for the company’s long-term growth,” it said, although it will still sell the brand’s baked goods in stores.

Starbucks Corp. SBUX, +0.78% will also close its San Francisco-based juice store Evolution Fresh it bought that company for $30 million in 2011. “Starbucks seems to approach their business at times like throwing spaghetti on a wall and seeing what sticks,” says Melody Overton, founder of StarbucksMelody.com, a site that keeps track of the coffee giant.

“It’s hard to be good at all things and the brand has to be sure to protect its core competency — coffee,” says Julia Gallo-Torres, U.S. food service category manager at research firm Mintel. It’s not always easy to deliver the authenticity of the products on a commercial scale “and consumers, especially millennials, have become wary of big brands,” she adds. For instance, the company is phasing out cappuccinos from menus in some stores. “It was difficult for baristas to get this coffee and milk balance right, affecting the consistency of the product,” Gallo-Torres says. (A company spokeswoman says they’ll always be available “regardless if they’re listed on the menu.”)

Starbucks introduced the ‘Flat White’ in January, which is essentially two short espresso shots with steamed milk, in the hopes that it would create a stir among customers as well as the media, which did give the new item plenty of coverage. “People who seek a small cafe experience and a really great cup of coffee will go somewhere else,” says Daniel Mullaney, a coffee enthusiast who runs the Twitter handle @NYCCoffeeGeek. “The typical Starbucks clientele will go with what they have come to expect, which is something Starbucks has done very well with their shops across the world — consistency.”

Another factor that may have affected the success of the La Boulange stores and has driven the popularity of breakfast menus is the rise of so-called lifestyle eating such as gluten-free, high-protein menu items rather than baked goods, Gallo-Torres adds.

“Consumers like breakfast because it’s an affordable splurge, and eggs and bacon fit into protein-focused diets, which explains the success of breakfast sandwiches,” she says. But this is unlikely to put Starbucks off developing its food menu: In December, the company said food was driving traffic into stores and said it aims to double its U.S.-based revenue from food products over the next five years to more than $4 billion.

Starbucks has dabbled in other areas before, and even dropped the word “coffee” from the company logo in 2011, with mixed success. It has sold books, DVDs and music in stores in the past and, in March, it launched a controversial #racetogether campaign by asking baristas to write “Race Together” (or place stickers) on cups, which ended a week after it began. In a video message before that campaign, Schulz says he was told, “‘To be honest, Howard, this is not a subject we should touch.” He didn’t listen and the campaign was derided on social media: Hasan Minhaj, a comedian, tweeted: “Before they write #RaceTogether on cups, can Starbucks just spell my name correctly? #SahanMinha #HansonMinaja #SaddamHussain.”

Some customers do want to have the choice of baked goods in Starbucks outlets, and the company has listened to their requests. The coffee chain introduced a new loaf cake recipe in a whole loaf format in 2013 developed by La Boulange to a handful of cities across the U.S., but customers complained that they preferred it sliced, so last year it rolled out new sliced loafs with the La Boulange recipe at around 3,500 Starbucks stores, or one-third of the 11,500 stores nationwide. And the coffee chain is still committed to having more “evening” locations across the country and, last December, said it plans to add craft beer and wine, small plates such as meatballs and truffle popcorn to nearly 3,000 locations nationwide by the end of fiscal year 2019.

In the meantime, analysts see Starbucks pushing ahead with non-coffee options at its own stores after posting a 7% increase in fiscal second-quarter sales. “Starbucks has definitely run up against the very damaging prospect of market saturation in its core products,” says Andrew Alvarez, industry analyst at industry research group IBISWorld.

“It’s tried to experiment with methods to try to capture some of the fast-food market or fast-casual market in the way of drive-thrus and lunch options and focus on the breakfast menu,” Alvarez says. “This isn’t necessarily wrong for the company. Coffee is a high-margin item, but it’s not the only thing that can draw people through the door.”


Voir la vidéo: The Secret Story Behind The Starbucks Logo (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Garreth

    Je veux dire, vous autorisez l'erreur. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi dans PM, nous en discuterons.

  2. Maethelwine

    Cas que vos mains!

  3. Lorcan

    C'est une bonne idée. Je suis prêt à vous soutenir.

  4. Kijora

    Quelle question admirable



Écrire un message